top of page

Post nº10 | Pour quelle raison les valeurs anthropologiques ont été si importantes pendant la périod

Dernière mise à jour : 6 mars 2022
















La conquête arabe de la péninsule ibérique est arrivée après les années 711. Les habitants des villes conquises adoptèrent la religion des vainqueurs. Cette conversion à l'islam offrait aux esclaves la possibilité de s'affranchir. L'islam, la langue et la culture arabe, prirent de l'importance même si, simultanément, on assista à des révoltes de la part des populations hispano-romaines alliées à des seigneurs chrétiens. La conversion à l'islam peut expliquer le passage à l'actualisation des valeurs anthropologiques sur la surface du site, ce qui fut suivi par un processus d'édification.


Observons, une fois encore, l’exemple de Lisbonne (appelé à la période arabe: Aschbouna). Selon l'historienne Irisalva Moita, « l'urbanisation apparue avec les Romains, est renforcée ensuite par les musulmans. Ces derniers valorisent les potentialités de ce site par la construction d'une ville fortifiée selon les canons d'aménagement islamique ». Ainsi, les Arabes ont entrepris une récupération des cultures précédentes par l'actualisation de l’espace urbain. La domination arabe a durée de 714 à 1147, sous la forme d'une ville fortifiée. Nous pouvons distinguer, dans l'actualisation de la structure urbaine durant la période arabe, plusieurs étapes successives :


• La reconstruction des structures fortifiées existant antérieurement ;

• La formation du quartier d'Almedina (actuellement ce quartier se nomme Alfama) ;

• L'installation de l'aristocratie musulmane sur le versant sud de la colline de São Jorge. Au VIIIe siècle, l'enceinte dite Moura, qui entoure la ville, sépare le château fort ou Alcáçova et le quartier d'Alfama ;

• La création des quartiers d'Alfella (signifiant en arabe "ce qui a été agrandi") et d'Alfungera (signifiant "lieu où l'eau est abondante", "source"), situés à l'Est d'Alcáçova ;

• La construction de la porte principale nommée la « Porte du fer ». Elle se situait en face de la Porte de la Mosquée.

• La fondation d'un cimetière situé à la hauteur de la « Porte de la mer », à l'Est de la ville;

• La reconstruction du quartier des bains publics, au même endroit que les anciens thermes romains, à la hauteur de la Porte d'Alfama.



Source: © 2021 by Isabel Marcos

Durant la période arabe, nous assistons à la récupération du territoire qui était affecté au « pôle principal des vivants ». P - « Politique » ; R - « Religieux » ; Pe - « Peuple »


Ainsi Aschbouna se divise désormais en deux centres, Politique et Religieux, localisés sur la colline de São Jorge. Au Nord de la ville, à l'intérieur de l'enceinte, se trouve le domaine Politique (le Château de l'Alcaçova), la place attribuée aux classes « militaire » et « administrative » ; Au Sud, entourée également d'un rempart, se trouve la ville arabe, l'Almedina. En son centre, était situé le domaine Religieux, l'espace de la classe « sacerdotale » : la mosquée principale, également vouée à l'enseignement. Ce même lieu, autour de la mosquée, comportait un autre domaine, celui de la Production, composé à la fois de la classe des « commerçants » et de celle des « producteurs ».


Au moment de la Reconquête par les Portugais en 1147, Aschbouna avec celle des villages environnants regorgeaient de toutes sortes de ressources : champs de blé, vignes, potagers, oliveraies, arbres fruitiers, gibier, ruches, poissons et fruits de mer, sel naturel. On trouvait aussi de l'or, du fer et de l'argent (d'où des mines et des industries de transformation), en particulier dans la région de Sintra. Aschbouna, selon les historiens, était plus riche que la mer des Indes au temps de la reconquête.

21 vues0 commentaire
bottom of page