top of page

Post nº4 | Pourquoi c’est important de lire l’espace et de lui redonner du sens ?
















La lecture des formes territoriales, ainsi que la compréhension de nos « actualisations » du sens de ces formes, nous permettent de corriger des problèmes d'inscription spatiale de l'identité collective, de conflits urbains, parmi bien d'autres problématiques.


La genèse de la forme, ou morphogenèse, est une épaisseur de sens, qui se déploie dans l’espace et dans le temps. La morphogenèse nous permet d'accéder à des problématiques liées à la latence de forme, telles que :


1. Les Formes Symboliques, qui nous permettent d'accéder à notre identité collective et de traiter les quartiers où cette fonction est problématique.


Dans le cas du quartier de la Salpêtrière à Paris, nous avons un espace compris morphologiquement comme une « île hospitalière », où les fonctions d'asile, de prison et d'hôpital psychiatrique ont intensifiées ce statut d’île. « L’île hospitalière » au cours de l’histoire a fait émerger des dynamiques urbaines répulsives autour d’elle, aujourd’hui ces dynamiques se traduisent par un sentiment d'insécurité.


L'intervention architecturale doit alors comprendre cette dimension identitaire, inscrite dans les formes urbaines, et la considérer comme un « symptôme urbain ».


Le front du Tage à Lisbonne est l'un des exemples de la façon dont la mémoire collective des Portugais s'est progressivement déconnectée de son rapport au fleuve, conséquence de la disparition de l'âge d'or des grandes découvertes des XIVe au XVIIIe siècles et la construction de structures industrielles le long des rives du Tage, alimentées par les idées de progrès de la révolution industrielle. Le projet de l'exposition internationale 1998, c'est l'occasion de repenser la relation entre les Portugais et leur histoire et mémoire collective. Le projet urbain de l'Expo 98 a reconnecté les Lisboètes à leur fleuve et a servi de base aux nombreux projets développés dans les décennies qui ont suivi et qui ont reconstitué cette relation avec le Tage, il faut savoir que cette rupture a durée plus d’un siècle.


2. Les formes socioculturelles, qui permettent de démêler et de traiter les conflits urbains lorsqu'ils ont à leurs racines une origine territoriale.


Des exemples des quartiers de Martim Moniz, à Lisbonne, et celui du forum « les Halles » à Paris, ont été les marchés centraux de ces villes pendant de nombreux siècles. La construction de centres commerciaux dans ces espaces de grande intensité sociale et culturelle a conduit à leur transfiguration en lieux de confluence de grandes violences urbaines, notamment nocturnes. Ces exemples montrent combien il est important de lire l'espace d'intervention architecturale et d'analyse des conflits urbains, en amont du projet architectural lui-même. Les deux projets ont été l'occasion de résoudre les problèmes latents dans ces lieux, et d'éviter potentiellement les conséquences désastreuses qui définissent aujourd'hui les quartiers de Martim Moniz et des Halles.


3. Les formes territoriales permettent de lire la dimension identitaire et les conflits inscrits dans les formes urbaines comme des dynamiques sous-jacentes ou latentes à l'espace, celles-ci méritent d'être traitées comme les symptômes d'un dysfonctionnement latent.


Dans ce contexte, lire l'espace et lui redonner du sens est une activité fondamentale si l'on veut « vivre ensemble ».


L'exemple du projet de musée Guggenheim de Frank Gehry à Bilbao est un exemple de projet qui a redonné du sens à l'identité de toute une ville. Bilbao était auparavant une ville post-industrielle sans grand intérêt, devenant une ville incontournable, d'intérêt culturel et architectural, après la construction du musée.


En ce sens, il est incontestable que savoir segmenter les formes qui existent déjà et redonner du sens à l’espace, c’est une activité fondamentale de toute intervention architecturale et urbaine.


46 vues0 commentaire
bottom of page